Libre, le 5e one-man-show de Peter MacLeod

Mercredi dernier, avait lieu la rentrée montréalaise du nouveau spectacle de Peter MacLeod : Libre. Ce nouveau spectacle, son 5e one-man-show, marque un point tournant dans sa carrière, puisque Peter célèbre cette année ses 25 ans au service de l’humour. Après nous avoir parlé de sa crise de la quarantaine dans son dernier opus, Sagesse Reportée, pour Libre comme son nom l’indique, Peter MacLeod s’intéresse cette fois-ci à un sujet fort d’actualité, la liberté sous toutes ses formes.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Être esclave des médias sociaux

Pour débuter son spectacle sur la liberté, MacLeod a aimé nous rappeler combien nous étions maintenant dépendants et enchaîner aux nouvelles technologies et aux différents médias sociaux. Il prend même le temps en début de spectacle de nous demander de fermer nos cellulaires, question qu’on puisse profiter du moment présent.

Bien que j’ai souvent ri à gorge déployée dans ce segment du spectacle, j’ai senti que Peter MacLeod ne comprend pas encore la culture du web et l’ère des médias sociaux. Nous parlant plus souvent des travers de ceux-ci, comme quoi on a beau avoir 1000 amis Facebook et que personnes va nous aider à déménager, et qu’une photo de notre sauce a spaghetti n’apporte rien à la vie, il oublie, omet comment le web peu créer un sentiment d’appartenance, de communauté. Somme toute, sa manière de nous expliquer ce qu’il comprend ce phénomène était sympathique, mais manquait d’innovation.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

MacLeod et le multiculturalisme

Si j’avais trouvé la première partie du spectacle sympathique, ça s’est corsé au moment ou MacLeod s’est mis à parler des différentes communautés ethniques, qu’il a appelées à plusieurs reprises « les races » dans son monologue. J’ai tellement ressenti de malaises au moment où j’ai entendu ces mots que j’en ai oublié la mise en contexte qu’il l’a poussé à nous parler de ça. Par contre les propos qui ont suivi m’ont fait rougir de malaise dans mon banc du St-Denis.

Si plusieurs médias vous ont rapporté la « blague » sur les conductrices d’origines chinoises, ils vous ont omis des segments beaucoup plus osés et gratuits ou entre autres il vient à dire que les « Chinois ressemblent à des trisomiques avec des lunettes moins épaisses » et que les « hindous ne seraient que des noirs peignés sur le côté ». J’ai travaillé à Humour GHB dans le passé, je suis habituée de l’humour cru et déplacé, par contre ici je n’y ai vu aucune blague, mais que des propos racistes sans fondements. Je vous omets tout le bout sur les religions où il dit tout autant d’énormités.

De ces segments je ne sais pas encore ce qui m’a rendu le plus mal à l’aise entre :

  • Que ce soit un humoriste que j’aime bien qui les a dit
  • Que la majorité de la foule riait à gorge déployée
  • Qu’en 2016 on considère encore les propos racistes comme étant des blagues que l’on dit sous le couvert de « la liberté d’expression »
  • Qu’entre chacune de ses « affirmations », MacLeod répétait : « On pense tous pareils »

« Non Peter, on ne pense pas tous comme toi ! »

Je crois d’ailleurs que les multiples articles de journaux et messages sur les médias sociaux l’ont prouvé. Sauf qu’on ne peut pas non plus jouer à l’autruche, la vérité comme Peter MacLeod veut tant nous dire durant ce spectacle, la vérité est qu’il y a plusieurs gens qui pensent comme lui. Regardez votre entourage, il y a sans doute quelqu’un dans votre famille, vos amis ou même vos voisins qui ont déjà tenu de tels propos.

Le spectacle

Ce 5e spectacle de Peter MacLeod aura fait et fera couler beaucoup d’encre et beaucoup de « tweets ».   Est-il bon ? est-il mauvais ? Rien n’est tout blanc ou tout noir dans la vie. Je vous mentirais si je vous disais que je n’ai pas ri du tout durant les 90 minutes sans entracte de ce spectacle. Bien que son segment sur les communautés ethniques m’a rendue profondément mal à l’aise et déçue, celui sur les médias sociaux m’a fait bien rire et je me suis aussi bien esclaffée lorsqu’il parlait de la « cruise »et les nouvelles rencontres à son âge.

Je ne serais pas surprise de réentendre de ses blagues dans des soupers de familles durant les fêtes, mais entre vous et moi j’espère que l’on citera celles sur le phénomène des « likes » sur Facebook et non celles sur la petite conductrice chinoise.

Peter Macleod est en tournée partout au Québec, il sera de retour à Montréal le 20 janvier 2017. Pour plus d’informations, consultez son site web :

http://www.petermacleod.com/spectacles/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s