Gala Juste pour rire: Jeune versus Vieux

Samedi, c’est dans une salle Wilfrid-Pelletier pleine à craquer et en pleine effervescence que nous avons célébré « les jeunes versus les vieux » dans cet avant-dernier gala Juste pour rire sur les rivalités des Québécois.

Pour l’occasion, Juste pour rire avait confié l’animation à un duo improvisé plus que parfait pour les circonstances : Philippe Bond et Michel Barrette. Tous deux de génération différente, Bond de la «génération Y» et Barrette de la génération des «Bébés Boomers», on ne sent aucun faussé générationnel entre ces deux artistes qui ont le don de rendre une anecdote ordinaire en histoire palpitante. Comme on le dit dans le langage populaire, ils sont « fait du même bois » et ils sont des humoristes chouchous du public. Ils venaient à peine de faire quelques pas sur scène que le public les acclamait déjà à coup d’ovation debout. Après cette vague d’amour spontané de l’assistance, le gala a pu débuter.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Rapidement, nos deux animateurs sont rentrés dans le vif du sujet, entre autres avec Michel Barrette qui faisait semblant de ne pas comprendre que c’était lui le « vieux » de leur duo. Philippe Bond a d’ailleurs dû lui dire : « C’est moi le jeune, j’ai le même âge que ta femme ». S’en est suivi une série de blagues qui cherchait à tracer le fossé générationnel entre les deux, ou par exemple Michel Barrette pense que « Eminem » est uniquement des chocolats (M&M). C’était des blagues faciles certes, mais faites avec tellement de désinvoltures et si assumées, on avait l’impression d’être dans un party de famille et sincèrement, je n’haïssais pas ça. J’ai bien aimé que nos deux animateurs jouent aussi sur leur réputation « d’homme à femmes », ce qui a d’ailleurs donné de sympathique numéro de groupe, dont celui ou Michel donne sa « bible féminine » à Philippe et que celui-ci y découvre un impressionnant nombre de conquêtes de Michel. Un numéro qui a créé plusieurs fous rires dans la salle. Nos deux animateurs sont aussi revenus en format solo lors du gala. Michel Barrette en venant de parler de sa vie sexuelle de personne dans la soixantaine et Philippe Bond pour venir nous parler de sa peur de vieillir et quelques anecdotes entourant ses parents. Dans les deux cas, ils se sont mérité des ovations debout.

En fait, hier soir la salle était un peu conquise d’avance, pratiquement tous les humoristes qui sont montés sur scène ont pu repartir de là avec une ovation debout. Par contre je dois dire que ces acclamations étaient fort bien méritées.

Si Mélanie Ghanimé a commencé son numéro sur l’épilation au laser de manière plutôt mollo, elle a su aller chercher le public un à un au point qu’elle a elle aussi eu droit à une ovation debout.

François Morency, premier invité de la soirée, il a su bien dresser la table pour ses collègues qui l’ont suivi. Il nous a rappelé qu’il n’était plus si jeune, mais pas un vieux encore. J’ai été du nombre des gens surpris d’apprendre qu’il a atteint la cinquantaine il y a quelques semaines. Après avoir fait quelques blagues sur son âge, il nous a parlé de sa peur de vieillir en devenant un « bonhomme », tout comme le fait qu’il avait hâte d’avoir 85 ans, âge qu’il considère que l’on peut tout faire sans filtrer nos actes ou paroles, en nous donnant quelques exemples tout simplement hilarants.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Julien Tremblay, deuxième de la soirée est aussi apparu sur scène avec un tollé d’applaudissements. Guitare en main, comme à son habitude il nous a livré ses blagues au son de ses riffs de guitare. Il a fait un clin d’œil à ses récents problèmes de santé en disant à la blague qu’il avait « du sable dans l’urètre » pour parler de ses problèmes de pierres au rein. S’en est suivi une pléiade de constatations humoristiques sur un son rythmé. Le public a été conquis et du parterre jusqu’au troisième balcon, tout le monde était debout et hystérique à la fin de son numéro.

Un autre qui a su charmer le public est Réal Béland, lui aussi accueilli en rock star sur scène. Il nous a offert un numéro à la « Gregory Charles » où pour exprimer son côté nostalgique, il demandait au public de lui lancer des noms d’émissions de télé des années ’70 et ’80 afin qu’il en chante les génériques. Sa mémoire est impressionnante et le public l’a bien félicité à coup d’ovation debout pour lui aussi.

Des surprises

Une belle surprise s’est glissée dans le gala, soit la présence de l’honorable Jean Lapointe. Il est venu y représenter la « génération silencieuse ». Sa présence sur le gala se définit par un simple passage sur scène en marchette, ce qui lui a valu une chaleureuse ovation debout. Bien que ce caméo m’a fort émue (j’ai encore une fois versé quelques larmes), j’aurais aimé l’entendre parler de la condition des aînés dans les CHSLD par exemple, en même temps je comprends l’impact que cela peu donner de ne pas le faire parler en le catégorisant dans la « génération silencieuse », ce silence en avait long de sens.

Numéro de la Guerre des clans. Photo par Marie Jetset

Numéro de la Guerre des clans. Photo par Marie Jetset

Une autre surprise s’est glissée dans le gala, avec une reprise de la Guerre des clans, décor original et animateur inclus. Si la veille le rôle de Charles Lafortune dans son pastiche du Cercle m’avait laissé de glace, la performance de Jean-François Baril était drôle et sentie. Il faisait bon de le revoir sur scène dans quelque chose d’humoristique, lui qui se consacre principalement à l’animation depuis la dissolution des Mecs Comiques. Bien que le numéro était bien monté et très drôle, on repassera pour l’originalité. 2 parodies de quizz télé en 2 galas, avec des blagues similaires, ça sentait le réchauffé, par contre comme du pâté chinois, j’ai trouvé meilleur la mouture de ce soir.

Quelques imperfections

Bien que j’aie passé une excellente soirée au gala « jeune versus vieux », j’ai tout de même noté quelques imperfections au gala, à commencer par la présence des Denis Drolet. Ceux-ci sont apparus sur scène dans leurs « habits civils », c’est-à-dire pas dans leur costume brun, et ils nous ont offert un numéro en « eux-mêmes ». Par contre, même si c’était prévu dans leurs numéros, leurs personnalités scéniques les rattrapaient et les propos qu’ils tenaient étaient peut-être un peu trop champs gauches pour le public de la salle hier. Bien que le thème était respecté, ils détonnaient beaucoup avec le reste de la soirée.

Si le gala a mis en vedettes des gens des générations silencieuses, boomers, X et Y, j’aurais aimé y voir des jeunes de 20 ans ou même plus jeunes, ne serait-ce qu’en apparition éclaire.

Un gros souper de famille

Somme toute le gala « jeune versus vieux » fut une belle réussite, un gala qui n’a pas tracé de trop grands faussés générationnels, mais qui se donna plutôt des airs de gros souper de famille. Je ne peux que souhaiter d’autres projets qui réunissent Bond et Barrette tellement leur alliance était naturelle et efficace. Ce gala m’a aussi fait rappeler combien j’aime Michel Barrette en me donnant encore plus hâte à son hommage lundi prochain. N’attendez pas en janvier pour le voir à TVA, gâtez-vous, louez-le à la télé à la carte, je vous garantis vous ne serez pas déçus !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s