Tout Écartillé à Trois-Rivière!

PHOTO PAR MARIE JETSET

PHOTO PAR MARIE JETSET

Mercredi dernier, j’ai pris la route direction Trois-Rivières question d’aller découvrir la toute nouvelle production de la boite 45 dégrées, filiale du Cirque du Soleil. Si l’an dernier cette boîte célébrait l’œuvre de Beaux Dommages, cette année c’est Robert Charlebois qui récolte ces honneurs dans le spectacle Tout Écartillé, mis en scène par Jean-Guy Legualt.

Tout Écartillé reprend grands classiques des années 60 et 70 de l’univers de Charlebois, le tout au travers une trame narrative qui suit les aventures de « Lindbergh », un aviateur rétrofuturiste. Dès les premières notes du spectacle, c’est comme si un vortex spatio-temporel nous projetant directement à la fin des années 60 avec les danseurs yéyés et des éléments décoratifs qui ont l’air d’avoir été puisés quelques parts entre l’Expo 67 et les décors de Jeunesse d’Aujourd’hui. C’est beau, c’est enivrant. Aucune chanson n’est oubliée, de Lindbergh,  en passant par  Les talons hauts ,  Je reviendrai à Montréal ,  Les ailes d’un ange , tout y est, TOUT !

Le numéro d’entrée où l’on nous présente le personnage de Lindbergh a quelque chose de mystique avec des éléments qui auraient pu aussi convenir pour un spectacle de (feu) David Bowie. Le numéro d’aérobie kitsch, où les notes de « Je t’aime comme un fou » résonnaient partout avait quelque chose de Physical d’ Olivia Newton John. En fait, chaque tableau comportait des éléments de décors, de costumes d’esthétisme et de design de la culture populaire rendant le tout très accessible.

Bien que dans son ensemble le spectacle Tout Écartillé est exceptionnel, les numéros sont toutefois inégaux. Les numéros de danse sont magnifiquement exécutés, par contre ceux des fils de fer me laissaient sur ma faim. Le funambule manquait de finesse et de fluidité dans ses mouvements et le numéro ne rajoutait absolument rien à l’histoire, si ce n’est que de permettre un changement de décor. Le numéro du contorsionniste m’a laissé aussi de glace, sans doute parce que celui du spectacle Luzia a mis la barre très haute pour les autres. Le numéro de jonglerie détonne lui aussi dans le spectacle, bien qu’il soit exécuté correctement, il manque de « facteur WOW » qui colle habituellement à toutes les productions du Cirque du Soleil. Aussi, l’idée d’avoir des numéros qui se déroule dans la foule est vraiment géniale, sauf qu’avec la configuration de la salle, les gens qui sont plus en avant n’ont pas le loisir de bien apprécier ces numéros.

L’un des plus beaux numéros du spectacle est sans contredit celui de la chanson Je reviendrai à Montréal , qui avec les gens qui se promenaient avec des nuages de ballons éclairés dans la salle, le numéro de main à main et les balançoires, nous plongeait dans un univers surréaliste qui se rapproche du rêve. Il m’a été impossible de ne pas y verser quelques larmes.

J’ai mis du temps à comprendre la fameuse trame narrative du spectacle, puisque je cherchais souvent « Lindbergh » dans les tableaux, je dois même dire que je suis sortie du spectacle avec l’impression que l’histoire était un peu décousue. Ce n’est qu’à force de parler avec mon entourage du spectacle que je compris que le personnage de Lindbergh, c’est un peu nous, c’est notre histoire, c’était à nous de « planer » durant le spectacle ! Bref, le Cirque du Soleil a encore une fois de plus su émouvoir et épater en mettant en images ces chansons qui font parties de notre ADN culturel. On peut dire : « Mission Accomplie ! »

Je conseille ce spectacle à tous ceux qui auraient le goût de revisiter les œuvres de Charlebois, mais aussi à tous ceux qui ont le goût de se faire raconter une belle histoire qui est la nôtre, en plus vous aurez l’occasion de visiter une des salles de concert les plus spectaculaires au Québec. Tout Écartillé est présenté exclusivement à Trois-Rivières jusqu’au 13 août prochain !

PS : Le spectacle comporte 19 tableaux, 42 artistes et dure environ 2h. Et apportez-vous du chasse-moustique, l’amphithéâtre Cogeco est une scène extérieure située sur le bord du fleuve… bref il y a de la mouche !

Pour plus d’informations consultez le site : http://www.amphitheatrecogeco.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s