Francis Papineau :  » the boy next door »

Photo  par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

La tête à Papineau est la toute première heure du spectacle consacré entièrement à l’univers du jeune humoriste Francis Papineau. Ce dernier est un habitué du Zoofest, car il a eu la chance d’y jouer dans le passé avec son ancien collectif humoristique, les «Dandys du Drame» ainsi que d’avoir partagé la scène à deux occasions avec son ami barbu Didier Lambert. C’était cependant la première fois qu’il se lançait ainsi dans le vide, « sans filet ».

J’étais contente d’aller à la rencontre de son univers. Francis Papineau est un humoriste que j’aime suivre depuis quelques années. Il est un peu le « boy next door» du milieu de la relève. Il a une ascension constante, il gravit les échelons une étape à la fois, telle une force tranquille.

L’univers de Francis Papineau se compose d’une série d’anecdotes et de faits de la vie mis en mots de façon très imagée. Francis est à mes yeux le roi des métaphores. Son imagination fertile lui permet de donner vie à des anecdotes qui semblent de prime abord banales, car il sait leur ajouter un côté extraordinaire. C’est d’ailleurs le cas lorsqu’il nous raconte passer trop de temps dans son appartement : il met alors en scène ses meubles et élabore des théories sur eux.

Il fait aussi des observations sur la vie quotidienne ainsi que sur sa vie personnelle. Tel l’archétype du « boy next door», sa vie amoureuse n’est pas à la hauteur de ses ambitions. N’allez pas croire qu’il s’apitoie sur son sort. Oui, il nous dit qu’il n’est pas heureux de la situation, mais si habilement, qu’on rit avec lui des travers de sa vie de célibataire. Et du même coup, on rit aussi (un peu) de nos vies de couple qui peuvent être parfois pathétiques.

La tête à Papineau n’est pas seulement un spectacle sur les méandres amoureux de Francis. Il nous parle aussi de sa vie d’humoriste de la relève et des emplois qu’il doit exercer pour vivre. Ce qui nous a donné droit à une anecdote très charmante sur l’animation d’une St-Jean-Baptiste dans son village natal durant lequel il a dû jouer sans « scène » devant un public situé l’autre côté de la rue pendant que des autos passaient. (je dois confesser que c’est un des numéros de son répertoire que je préfère). Avec Francis, on comprend que la vie d’humoriste de la relève n’est pas de tout repos. Mais on comprend aussi que le fait d’occuper des emplois peu valorisants peut facilement aider à en tirer d’excellentes minutes de matériel de spectacle.

Somme toute, on passe une belle heure en compagnie de Francis Papineau. Vous vous surprendrez sans doute à raconter ses anecdotes à vos collègues de bureau le lendemain à côté de la machine à café, parce que Francis a ce petit côté familier. On assiste à son spectacle comme on va dans un souper chez un ami, vous savez, celui à qui il arrive 10 000 péripéties. Ses histoires, ce sont un peu nos histoires. Un des seuls défauts de Francis est son manque de confiance en soi. Ça se ressent par moment sur scène lorsqu’il remet en doute certaines de ses blagues devant nous. Pourtant les rires fusaient de partout dans la petite salle de la Balustrade. Le jour où il aura plus confiance en ses moyens, il arrêtera d’être le « boy next door » de l’humour et son nom sera à son tour sur les marquises des grands théâtres.

La page Facebook de Francis Papineau: https://www.facebook.com/pages/Francis-Papineau-humoriste/219160031559870?fref=ts

La tête à Papineau : 31 juille et 1er août 20h45, à la Balustrade du Monument National

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s