Kyan Khojandi: drôle et humain

Bref n’est plus depuis quelque temps déjà, mais le sens de l’humour de Kyan Khojandi lui, est resté et bien vivant. Il profite donc de son passage à Montréal pour tester et « roder » ce qui deviendra plus tard son prochain one-man-show. Il n’y a pas à dire, nous sommes choyés qui ait choisit Zoofest comme laboratoire.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Je dois vous avouer avant tout que j’étais pratiquement « vierge » de l’humour de Kyan, tout simplement parce que je n’ai jamais été emportée dans le tourbillon de Bref (j’ai par contre fait mes devoirs et écouté, trop peu, trop tard quelques épisodes de cette mythique série avant d’assister à la représentation). Ce que je connaissais de lui était le 5 minutes de matériel que j’avais vu de lui l’an dernier lors du Cabaret des Maudits Français. Je trouve ça tout de même bien : ça me permettait de ne pas partir avec trop d’attentes ou d’idées préconçues sur sa personne.

Très généreux, il utilise sa tribune pour nous présenter, en première partie, des artistes qui débutent ou encore d’autres qui tendent à avoir autant de notoriété que lui. Hier, c’était Noman Hosni qui ouvrit le bal. Une belle surprise ! J’étais déjà conquise par l’univers de Noman, pour avoir eu la chance de le voir venir jouer dans les bars montréalais il y a 2 ans. Le temps me manquant au festival, je n’ai pu voir son 30 minutes, mais hier, j’ai eu l’impression d’avoir pu me rattraper un peu. Il nous a servi une très savoureuse anecdote de sa jeunesse et a parlé d’un rencart raté à une fête foraine. Un numéro très drôle et efficace ! De quoi me faire sentir encore plus coupable d’avoir manqué son spectacle à Zoofest !

Par la suite, Kyan a fait son entrée. Bien évidemment, il nous a parlé de Bref, parce qu’il ne pouvait faire en faire abstraction. Comme il le disait : il y a la vie avant et la vie après cette fameuse websérie.

Ce que Kyan nous présente à Zoofest, est quelque chose de très personnel : une série d’histoires et d’anecdotes qui nous fait découvrir l’humain derrière l’artiste. En fait, « humain » est le mot qui sied le mieux à Kyan pour le spectacle que j’avais la chance de voir hier. C’est avec beaucoup de sensibilité qu’il se confiait sur sa jeunesse, mais aussi sur le deuil récent de son père. La manière dont il parlait des différents sujets, toujours de façon très imagée, avec beaucoup de détails et tout en gardant un peu de pudeur, nous faisait de prime abord rire, parfois fort et gras. Avant que l’on s’en aperçoive, ses blagues se transformaient en quelque sorte en miroir de nos propres réalités. Je me suis donc surprise à pleurer à chaudes larmes, car il venait de mettre en mots certains de mes malaises intérieurs.

Dans les moments forts de la soirée, il y a incontestablement ce segment où il nous décrivait l’enfance. C’était fou de constater que bien que nous soyons de deux pays et deux cultures différentes, sa description de l’enfance était pareille à ce que j’avais pu vivre. Ce numéro a su aller fouiner dans les recoins de ma tête et mon cœur que j’avais trop longtemps oubliés. Aussi, je ne peux passer sous silence les moments où il nous parlait du deuil. Là aussi, il venait nous secouer, nous remuer… De quoi nous faire grandir comme personne à la fin de son spectacle.

Ce spectacle est venu me chambouler, de par les propos tenus, mais aussi de par la rencontre avec ce grand artiste qu’est Kyan Khojandi. À la sortie du spectacle, au moment où il remerciait personnellement chaque spectateur qui était venu le voir, j’aurais aimé lui exprimer toutes les émotions que son spectacle m’avait procurées. J’étais malheureusement sans mots, parce que tout se bousculait dans ma tête. Je ne sais pas combien de temps encore il se fera surnommé «  le mec de Bref ». Dans mon cas, il restera M. Khojandi, car quand on est capable de faire rire et pleurer la foule en aussi peu de temps, on mérite le titre de Monsieur avec un grand M.

Merci M. Khojandi !

Profitez-en, il reste encore quelques dates à Zoofest, avant qu’il ne reprenne le chemin des Europes !

KYAN KHOJANDI: 24-25-26 juillet, 22h Espace Zoofest

 

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s