Cabaret des maudits Français, édition 2015

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Dans les classiques de Zoofest, il y a inévitablement le Cabaret des Maudits Français, où année après année, le festival invite la crème de la relève européenne à venir se produire devant nous. Chaque année, c’est une belle surprise. Cette année, le festival a donc invité Noman Hosni, Ahmed Sylla, Thomas Wiesel, Fary, Marina Rollman, Donel Jack’sman et Alex Vizorek.

Si chacun ont leur style distinct, il en ressort tout de même un dénominateur commun : aucun humoriste n’est totalement tombé dans les clichés ou dans les comparaisons entendues mille fois entre la France et le Québec. Certains pouvaient glisser quelques allusions, mais outre Ahmed Sylla, aucun ne nous a joué la carte du Français surexcité d’être à Montréal. Je dois toutefois préciser que concernant Ahmed Sylla, oui, il nous a fait dire quelques expressions locales, mais comment lui en vouloir ? Son numéro fut tellement fait dans respect et dans la joie qu’on lui pardonne.

J’ai bien aimé l’univers d’Alex Vizorek, ce Belge à l’humour cultivé et raffiné, qui n’hésite pas à rajouter des phrases en allemand pour puncher. Comme carte de visite, il nous a présenté un numéro sur la musique classique, où il nous a parlé du métier de joueur de cymbales. Sans aucun doute un moment d’anthologie dans l’histoire du Cabaret des Maudits Français : entendre quelqu’un jouer la chanson Hélène de Roch Voisine aux cymbales, c’est quelque chose de drôle et très marquant, je vous le confirme !

J’ai complètement été charmée par les blagues du Suisse Thomas Weisel. Il n’a pas peur de jouer la carte de l’autodérision, se comparant entre autre à « l’informaticien de Zoofest », de par son look (et je cite !) de «  jeune puceau ». Outre les blagues sur son physique et son allure générale, il nous a parlé de la condition du français, en évoquant le succès souvenir de K.Maro et de sa chanson Femme like you, à partir de laquelle il a fait une brillante analyse. J’ai adoré ses blagues, mais je lui en veux encore de m’avoir remis ce tube en tête..!

Je ne peux non plus passer sous silence l’excellent Fary. Vous savez, je n’aime pas nécessairement comparer, mais si vous êtes fervents d’humour, vous remarquerez un petit quelque chose en lui qui rappelle un peu Adib Alkalidey (et ici je ne parle pas seulement de ses fringues tendance). Fary joue à l’américaine, avec beaucoup d’assurance et d’aplomb en donnant dans les observations de la vie quotidienne. Le numéro où il nous parle des attitudes des gens sur les réseaux sociaux est tout simplement un must, puisqu’il est facile de s’y identifier. Comme quoi qu’un côté ou l’autre de l’Atlantique nous sommes tous pareils dans l’univers du 3.0 ! J’ai tellement eu un coup de cœur pour lui et Thomas Weisel, que le soir même, j’ai couru pour aller voir leur dernière représentation de leur 2 fois 30 minutes. Je me devais d’en voir plus sur eux, et franchement je n’ai pas été déçue ! Ils ont vraiment gagné une nouvelle admiratrice.

Sinon, le Camerounais Donel Jack’sman a su nous faire rire en comparant entre autres les quartiers gais de Paris avec celui de Montréal. Le Suisse Noman Hosni nous a, quant à lui, bien fait marrer avec sa théorie sur le moment idéal pour péter devant sa compagne, ainsi qu’en abordant les autres aléas de la vie de couple. Enfin, la seule fille de cette édition, Marina Rollman, fait partie de cette nouvelle génération d’artiste au féminin qui ont du chien et qui n’ont pas peur d’aborder n’importe quel thème, avec des blagues crues et punchées. Ainsi elle nous a parlé des vignettes « bébé à bord », de l’amour, de la sodomie et… du gagging. Je vous l’ai dit, aucun sujet n’est tabou! Il ne suffit que d’assumer ses propos et ça, Marina sait le faire, à notre plus grand bonheur !

Malgré tout, ce spectacle n’est pas parfait, en commençant tout d’abord par le titre. Je trouve péjoratif de mettre tous les Européens francophones sous le diminutif de «  Français ». Après tout, cette année, nous avions plus d’humoristes provenant de la Suisse que de la France, en plus d’avoir un Camerounais et un Belge. Je crois que Cabaret de la Francophonie serait plus à propos. Aussi, je trouve bien dommage que l’on mette leur date si tôt au début du festival, au moment où il y a moins de gens en vacances, donc un moins grand potentiel de les faire connaître. Ils méritent à mon sens autant de visibilités que les autres artistes du festival !

Enfin, pour clore sur le sujet, j’ai trouvé dommage que l’on confie l’animation de cette année à Uncle Fufi. Malgré sa grande expérience d’animation (pour avoir plusieurs Couscous Comedy Show derrière la cravate) il était le maillon faible du groupe. Avec ses blagues hyper clichées sur le Québec vs la France, ses présentations n’étaient pas à la hauteur des artistes qu’il présentait et en plus, il massacrait les noms de ses invités… J’ai dû aller googler le nom de chacun des participants tellement je n’étais pas certaine de ce que j’avais entendu. L’an prochain, je verrais très bien un Roman Frayssinet reprendre le flambeau de l’animation, ou pourquoi pas même un québécois de souche, tel que Jérémie Larouche. L’idée est lancée !

Bien que les dates du Cabaret soient toutes passées, je vous conseille fortement de le rajouter à votre calendrier Zoofest de l’an prochain, et mieux encore, d’aller suivre sur les médias sociaux les humoristes mentionnés ci-haut. Je vous garantis de sympathiques découvertes !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s