Avaler la pilule

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Mardi dernier, j’ai eu la chance d’assister à la première médiatique d’Avaler la pilule, le nouveau spectacle de 60 minutes de Simon Delisle. J’étais très excitée d’assister à ce spectacle, car bien que j’aie eu la chance de travailler 3 ans pour Simon, dans le cadre des Jeudis de l’humour du Pub Brouhaha, je n’ai pas eu l’opportunité d’entendre son matériel puisqu’une porte nous séparait tous les soirs. C’est donc avec grand bonheur que j’ai plongé dans son univers.

Avaler la pilule se veut un spectacle très autobiographique. À l’aide de blagues et d’anecdotes bien senties, Simon nous raconte sa jeune vie. Tout y passe, de l’explication de sa maladie à son arrivée à Montréal, en passant par son désir de fonder une famille.

D’ailleurs, concernant ses nombreux «  petits bobos », aucun détail ne lui échappe et avec son sens de l’autodérision bien maîtrisé, on ne peut que se permettre de rire avec lui des problèmes de santé, un sujet pourtant délicat. Par exemple, il compare sa perte de cheveux à un cambriolage progressif et mentionne que depuis la perte de sa pilosité, « bien huilé, il rentre dans une boîte de Pringles ».

N’allez pas penser que son spectacle est conçu uniquement pour plaire au Collège des médecins. Bien qu’il porte le titre, « Avaler la pilule », le thème du spectacle n’est pas la maladie, mais bien l’adaptation. L’adaptation face aux changements du corps, l’adaptation face aux changements de la vie, l’adaptation à devenir tranquillement un adulte.

Il y a deux ans, Simon nous avait offert un 60 minutes au ton plus juvénile, où l’on sentait encore les relents de l’adolescence avec ses blagues plus geek. Cette fois-ci, nous avons droit à l’analyse d’un jeune homme posé, devenu mature face à la vie, mais aussi face à sa profession. Tranquillement, il valse de l’univers de la relève à la cour des grands. Il est donc logique de l’avoir vu faire son premier gala ComédiHa! cette année et son deuxième gala Juste pour rire.

Je ne peux passer sous silence la mise en scène et la script-édition de Martin Perizzolo pour ce spectacle. Ami et, en quelque sorte, mentor de Simon pour cette édition Zoofest, Martin a su amener Simon à nous présenter un spectacle ficelé sur une seule ligne directrice très fluide, un peu comme l’avait été son spectacle Q, présenté jadis à Zoofest. L’équipe Perizzolo-Delisle a un fort potentiel et je ne serais pas surprise que leur travail commun les amène un jour à être en nomination pour un projet commun aux Olivier, parce que la chimie entre eux est tout simplement parfaite.

Bref, je vous conseille fortement d’aller découvrir Simon Delisle et son spectacle Avaler la pilule, que ce soit pour vous-même vous aider à « avaler la pilule » de la vie d’adulte, mais surtout pour y découvrir un artiste de talent dont nous n’avons pas fini d’entendre parler !

Avaler la pilule : 18-23-24-26-28-29-30-31 juillet et 1er août 21h, Cabaret du 4e étage du Monument National

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s