Ensemble

C’est avec beaucoup d’excitation que j’ai rencontré Philippe-Audrey Larrue St-Jacques et Marie-Lyne Joncas pour leur spectacle Ensemble samedi dernier. Il faut dire que j’ai la chance de suivre la carrière de Philippe-Audrey depuis son premier passage au Zoofest en 2011, où il n’était encore que comédien et jouait un « douchebag » du Loft dans le collectif « Théâtre tout court ». Pour ce qui est de Marie-Lyne, j’ai fait connaissance de son univers lors du spectacle des finissants de l’ENH l’an dernier, où elle avait d’ailleurs étudié avec Philippe-Audrey. Si vous vous souvenez, nous pouvions suivre leurs péripéties de tournée l’an dernier, où nos deux comiques issus du théâtre n’hésitaient pas à faire des courts films Instagram qui ressemblaient à des films d’auteurs scandinaves. La chimie était si palpable entre leurs univers que je n’ai pas hésité à leur demander de présenter un prix ensemble lors du gala de la relève que j’ai organisé l’an dernier. Bref, en allant voir Ensemble, je me sentais comme une marieuse dans les romans de Jane Austen qui assistait enfin aux noces des amis qu’elles avaient présentés. Sauf qu’ici, au lieu de noces, on parle d’un spectacle.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Ensemble, c’est la rencontre de deux univers à la fois totalement opposés et si similaires, opposés de par leurs sujets respectifs, mais si identiques dans leur folie. Ne vous attendez pas à un spectacle composé de deux fois 30 minutes comme vous êtes habitués de voir au Zoofest. Ici le titre le dit bien, ils sont « Ensemble » dans la majorité des numéros.

Ainsi, nous avons droit à une longue introduction qui se veut une présentation de nos deux protagonistes. Si Marie-Lyne accepta de monter sur scène sur des rythmes endiablés, il n’était pas question pour Philippe-Audrey de se faire présenter sur une chanson de « Beach Club » de 1996. Il s’est fait présenter sous un rondeau bien sûr. Vous l’aurez compris, Marie-Lyne est la fille déjantée et Philippe-Audrey le gars décalé. Le ton de la soirée était donné.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Vous en serez ainsi beaucoup sur le désespoir et les échecs amoureux de Marie-Lyne. En fait, l’amour avec un grand A est son principal démon. Et Marie-Lyne en est possédée plus qu’elle ne voudrait le laisser paraître. C’est de cette névrose dont il sera question au travers cette heure ensemble. Elle nous laissera tout de même poindre une brèche d’humanité en nous parlant de son voyage humanitaire en Haïti. Comme elle le dit si bien, elle a rencontré «  des vrais Haïtiens, t’sais, ceux qui ne connaissent pas Luck Mervil ». Ce voyage l’a grandement transformé. ( PS: elle sera du gala HAHAHaïti le 19 juillet prochain)

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Du côté de Philippe-Audrey, bien que quelques malheurs amoureux l’accablent, il est plutôt préoccupé par sa jeune carrière, lui qui se voyait un grand homme de théâtre. Après tout, il a fait une « vraie école de théâtre reconnu (le conservatoire) » qui est « autre chose que l’ITHQ ». Il se livre ainsi à nous en nous racontant quelques anecdotes de ses belles années au conservatoire. Il raconte en particulier son spectacle final où, du haut de ses 6 pieds 2, il a dû interpréter un nain. Oui, vous avez bien lu, et cette histoire, dans le verbe de Philippe-Audrey, est bien drôle. Vous apprécierez sans aucun doute le moment où Philippe-Audrey vous fera une récapitulation vidéo de ses cinq ans de carrières, un numéro qui risque fort de venir une pièce d’anthologie si un jour il a droit à sa Grande Entrevue Juste pour rire.

De ce spectacle se dégage une grande complicité. On aime le ton baveux que Marie-Lyne et Philippe-Audrey ont envers l’un et l’autre. Ils n’ont pas peur de l’autodérision. Et c’est rafraîchissant.

Par contre, ce spectacle n’est pas parfait. Ils ont voulu faire leur spectacle ensemble malgré que leurs univers soient diamétralement opposés. Nous avons donc parfois droit à des liens cousus de gros fils blancs. Bref, ça manque parfois de fluidité. Aussi, cela étant sans doute dû à leur passé théâtral, nos deux humoristes balaient maladroitement la salle du regard, mais ils ne vont pas chercher les spectateurs un à un. Ce qui fait en sorte que, si vous ne les connaissez pas, il se pourrait fort bien que vous ayez de la difficulté à tisser des liens avec eux.

Malgré tout, je vous conseille d’aller découvrir ses deux jeunes humoristes, parce que Zoofest ça sert aussi à ça, vous attachez aux petits nouveaux.

Ensemble : 18-19-25-26 juillet 19h à l’Espace Zoofest

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s