Rire de la peste noire

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Depuis le retour des vacances de Noël que j’entendais Charles Beauchesne me parler de son fou projet de faire un spectacle d’humour, entièrement consacré au sujet de l’épidémie de la peste noire. Oui oui, cette maladie médiévale qui a décimé la moitié du globe il y a des centaines d’années. Connaissant Charles, je n’étais point surprise de cet intérêt qu’il a pour le Moyen-Âge, après tout, il lui arrive de faire des Grandeurs Natures, mais bon ça c’est d’un tout autre domaine. Bref, c’est à Zoofest que Charles a décidé de nous exposer cette douce folie, et ce pour notre plus grand bonheur. Comme il a manqué mon anniversaire pour peaufiner les derniers détails ce de spectacle, je me devais donc d’aller voir ce qui se tramait dans ce 60 minutes.

Tout d’abord, il faut savoir que ce spectacle se veut avant tout une conférence historico-humoristique. Parce que oui, vous risquez d’apprendre des choses sur ce chapitre sombre de l’humanité, à moins bien sûr que vous ayez un doctorat en études médiévales sur l’Italie moyenâgeuse, mais bon vous êtes si peu, on repassera. Comme Charles le dit d’entrée de jeu, « quand ça fait plus de 50 ans que c’est passé, le malheur des autres devient automatiquement hilarant ». C’est ainsi qui nous replonge dans l’histoire.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

À l’aide d’un PowerPoint fort détaillé et des informations historiques précises, il sait nous glisser des anecdotes, des exemples des plus hilarants, en n’hésitant pas à relire des vieux rapports de médecines vieux comme Mathusalem ( l’époque pas le film, non il ne citera pas des passages de Marc Labrèche) ou encore en faisant des saynètes avec des voix dignes des contes Disney ( vous savez ceux qui étaient sur cassettes et qui venait avec un livre où l’on disait de tourner la page au son d’une clochette). Par ses mimiques, mais surtout sa passion pour le sujet, vous aussi vous en serez imprégnés.

Dans mes blagues préférées de la soirée, le moment où il dit que s’étouffer avec un poulet pouvait être de l’humour engagé au Moyen-Âge, ou encore tout le chapitre sur le peuple Mongole, en précisant bien dès le départ qu’ici il était bel et bien question du peuple de Mongolie. (Je ne pense pas que ce soit intentionnel, mais j’y ai vu un très beau clin d’œil à la récente polémique entourant le chroniqueur radiophonique Jean-Sébastien Girard). Pour revenir aux Mongoles, il nous a sorti de savoureuses histoires comme quoi les guerriers de ce peuple pillaient des villages décimés par la peste et qu’en partie à cause de cela, ils ont été dans les principaux facteurs de la propagation de la maladie en Asie, mais aussi en Europe, puisqu’ils commerçaient avec les vieux pays.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Bien que Charles puisse paraître une personne décalée dans son époque pour son jeune âge, il réussit à nous prouver qu’il est bien de son temps en comparant entre autres la peste noire à un Pokémon que personne ne souhaite attraper ou encore en nous sortant une photo de feu l’acteur Christopher Lee en nous disant : Oui c’est Saruman ( personnage du Seigneur des anneaux) avec les symptômes de la peste.

Si Charles veut qu’on ressorte de son spectacle avec comme morale que « la mort est notre compagnon », on en ressort certainement plus instruit, avec des images mentales qu’aucun film de fin du monde ne peut égaler. J’ai aussi eu l’impression que Charles s’y est trouvé un créneau qui est propre à lui, l’histoire remixée à la Beauchesne à quelque chose de passionnant. Je souhaite qu’il explore encore plus cette niche, et qui sait peut-être pourrait-il revenir nous parler dans un prochain spectacle de la monarchie Anglaise au 15e siècle ou encore de la Révolution française et pourquoi pas de la bataille des Plaines d’Abraham.

Je conseille ce spectacle à tous ceux qui sont passionnés d’histoire certes, mais aussi à tous ceux qui sont présentement gagas des histoires de zombies. Oui les gens qui avaient la peste ne se renaissaient pas d’entre les morts, mais ses histoires de propagations et son évolution dans le temps et l’humanité on de quoi vous rappeler n’importe quelle finale de Walking Dead… mais en mieux ! Si vous êtes un parent et que vous avez des ados à la maison, je vous dirais aussi de le trainer au spectacle, peut-être pourrez-vous lui donner la piqûre qu’à autre chose que son PS4 et si vous lui dites que Charles mentionne des villes qu’on retrouve dans Assassin’s Creed, peut-être réussirez-vous à le sortir de votre sous-sol.

Bref, dépêchez-vous d’aller voir ce spectacle, franchement une des belles surprises de la programmation Zoofest de cette année !

 Charles Beauchesne présente: Charles Beauchesne parle de la peste noire durant 60 minutes

13 juillet à 20h30 et les 14-15 juillet, 19 h au Théâtre Ste-Catherine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s