Les Olivier 2015, un gala bien cuit

Dimanche dernier c’était le 17e gala des Olivier, aussi connu sous la grande fête de l’humour. Un gala sous le thème de la franchise, animé par l’excellent Laurent Paquin, sous les textes de LeLouis Courchesne, Stéphane Poirier, Christian Viau et Nicolas Boucher. Une « dream team » , véritablement ( ils sont derrières plusieurs succès passés à Juste pour rire entres autres).

11146548_10153336598508293_5454894230342370772_n

Photo Marie Jetset

Le gala a été franc, punché, rythmé, avec des présentations hilarantes de Dominic Paquet et Philippe Bond, François Bellefeuille, les excellentes répliques entre Cathy Gauthier et Mariana Mazza ou encore la très mordante présentation de Mike Ward et Sugar Sammy.

Dans la salle, on a aimé, on a ri gras, on a ri franc. Vous à la maison, si je me fis à ce que j’ai lu sur les réseaux sociaux, vous n’avez rien compris du 2e degré, les biens cuits vous ont mis mal à l’aise, vous avez juste retenu le doigt d’honneur de Mariana ou les quelques blagues ratées de Mario Tessier.

On va se dire les vraies affaires. C’est un des meilleurs galas des Olivier auquel j’ai pu assister. C’est normal c’était un gala fait par les gens de l’industrie, pour les gens de l’industrie. Les créateurs ont voulu faire plaisir à leurs compères, mais surtout se faire plaisir à eux aussi, parce que leur gala s’inscrivait dans un style qui allait dans la lignée des Golden Globes, le gala des galas, celui que tout le monde rêve de faire un jour. Pour les moins cultivés d’entre vous, les Golden Globes célèbrent la télé et le cinéma américain, sous forme de gros banquets, avec des présentations mordantes où on n’hésite pas à souligner les travers et les manies de la communauté hollywoodienne. Chaque année, on crie au génie, chaque année, je vois les critiques d’ici rêver de voir un gala sous cette forme au Québec. Dimanche, c’est un peu ce que l’APIH nous a offert, banquet télévisé en moins, blagues mordantes en plus. Et entre vous et moi, je ne vous comprends pas, les années précédentes, les moments que vous aviez préférés étaient souvent ceux de Sugar Sammy, ou encore Mike Ward. Cette année, on les jumelle et vous trouvez qu’ils ont été trop loin ? Vraiment ? Vous vous attardez encore au doigt d’honneur que leur a servi Mariana ? Mais vous vous attendiez à quoi sérieusement de sa part ? Qu’elle se taise dans son coin sans rien dire ? C’est Mariana ! Elle a un grand sens de l’humour et même quand on est entres copines, elle peut nous lancer un « ta gueule » bien sentie entre-deux bitcheries. Voir quelqu’un au naturel est une belle marque de confiance en soi, mais aussi confiance face à l’autre, de ce doigt, Mariana c’est ouvert à vous comme elle le ferait entres copains.

11012941_10155559729220331_4932065127251367900_n

Photo tirée du compte Facebook de Mariana Mazza ( qui a elle-même prise sa photo sur le site de sa maquilleuse, qui elle avait photographié sa télé….)

Ce que je vais vous dire vous choquera sans doute, mais hier c’est vraiment l’industrie à l’état brut que vous avez pu voir. Cette industrie qui se livre une chaude lutte à coup de bitcheries, mais aussi à coup de tape dans le dos. Vous connaissez le dicton «  qui aime bien, châtie bien » ? Ça l’aurait très bien pu être le slogan d’hier ! Entre vous et moi, je préfère voir des gens se lancer des blagues mordantes à la caméra que de jouer les faux gentils en se flattant dans le sens du poil devant les kodaks. Et pour ça, le gala portait bien son nom de La Franchise !

Reste malgré tout que le gala n’était pas parfait. Même si j’aime Stéphane Fallu d’amour, la présentation qu’il livrait avec Édith Cochrane était inégale par rapport aux autres, en fait les deux présentateurs jouaient leurs textes de présentation sur des tons différents et ça faussait. Aussi, j’aurais pris quelques ajustements dans la présentation de Mario Tessier et Phil Laprise, mais c’est tout. J’ai aussi pris quelques instants à comprendre l’hommage à Gilles Latulipe, mais bon, il faisait -1000 dans la salle, la faim et la fatigue commençaient à sa faire sentir par tous en studio. Suggestion à l’APIH, pourquoi ne pas nommer un trophée en honneur de M. Latulipe ? Oui je sais c’est drôle de penser à un Olivier qui se nommerait Gilles, mais on parle du gala qui récompense les présentations d’autres galas, les mises en abime ils connaissent ça. ( NLDR comprendre que cette année, André Sauvé a gagné un prix pour sa présentation de prix d’un prix ADISQ)

11233787_10153336577118293_7269945680374508246_n

De Gauche à Droite: Mélanie Ghanimé, Marie Jetset, Maude Morissette et Linda Bouchard. Sans oublier l’oeil de Josiane Aubuchon.

Ce que l’on doit retenir de cette édition :

  • L’équipe du Journal de Montréal a abusé de son savoir-faire en GIF animés.
  • Le plus beau malaise de la soirée ne vient pas de l’auteur des Beaux Malaises, mais la face de mauvais perdant de certains finalistes.
  • Denise Bombardier a beau être la nouvelle BFF de Mariana Mazza, elle ne comprend toujours pas l’humour au 2e degré.
  • Tu as le droit de venir en jeans au Olivier si ta présentation upstage tout le monde (bravo les Appendices ! PS :À cause de vous mon copain veut y aller aussi en jeans l’an prochain, mais je vous aime pareil)
  • Monsieur Madame tout le monde savent maintenant c’est quoi un choc vagal et ce n’est pas à cause de Charles Tisseyre, merci Simon Leblanc!
  • Vous méritez juste qu’on vous ramène Mario Jean à l’animation.
11169816_10153336595163293_6541876647721441737_n

Le fameux bar à guimauves de la compagnie Jolies Bean’s!

Ce que le Journal de Montréal ne vous a pas dit :

  • J’ai vu Ima en souliers (notez ça au calendrier!)
  • Au party il y avait un bar à guimauves qui a carrément volé la vedette au traditionnel bar à poutine.
  • On a eu des beignes aussi gros que des bagels.
  • Les gens virent vraiment fous quand ils entendent le remix de Yannick «  Ces soirées-là », quoi que n’importe quelles chansons des Spices Girls nous fait émettre des petits cris stridents.
  • Je n’ai pas vu Louis- Jean (Cormier) au party, ni monsieur le maire d’ailleurs!
  • Il n’y avait que 3 cabinets de toilette pour toute notre foule. Faites-en les déductions que vous voulez.

Si vous voulez voir une couverture plus conventionnelle du gala, je vous conseille fortement d’aller voir du côté de mes amis de l’équipe de MAT.TV, qui comme à tous les galas font des topos exceptionnels !

Pour connaître la liste exacte des gagnants c’est ICI  sur le site de ICI Radio-Canada, concept hein?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s