Maxim Martin : solide et renversant

ENFIN Maxim Martin, photo de Marie Jetset

ENFIN Maxim Martin, photo de Marie Jetset

Je me souviens de l’époque ou jeune ado, je regardais les performances de Maxim Martin lors des galas Juste pour rire où je le trouvais arrogant et vulgaire. Puis, il vint le fameux numéro de la couille (voir ici). Ce numéro, avait été une révélation pour moi dans ma manière de consommer de l’humour, Maxim Martin m’avait fait comprendre de ne pas se fier à l’enveloppe, mais d’écouter attentivement le contenu, ce qui fait en sorte qu’aujourd’hui j’aime entendre des humoristes comme lui, Mike Ward et compagnie.

ENFIN

Bon,trêve de nostalgie, attardons-nous plutôt à sa dernière création, ENFIN. Maxim Martin aurait voulu nous écrire son autobiographie, qu’il n’aurait pu faire mieux. Dans ce nouveau 90 minutes de matériel, Maxim ce veut très introspectif, mais sans jamais tombé dans le mélodrame, et pourtant il pourrait le faire, son passé n’est pas du tout rose bonbon. Pour ceux qui serait né de la dernière pluie, il faut savoir que Maxim Martin a un passé de rockstar, non pas dans le sens qu’il était bassiste d’un groupe rock, mais plutôt qu’il vivait la même frénésie que le cliché de la rockstar. En fait, j’irais même jusqu’à dire qu’il a déjà été le Éric Lapointe de l’humour. Sans aucun tabou, avec la verve qu’on lui connaît il nous raconte sans aucun scrupule ni orgueil ce qui l’a amené à « sombrer », mais surtout, surtout comment il a su se relever.

Vous pourriez croire quand je vous dis ça qu’on a affaire à un autre humoriste qui se « victimise », qui met la faute sur les autres. Mais non, Maxim Martin assume TOUT. Du moment où il a commencé à consommer le pot de ses amis pour se faire à croire qu’il n’était pas un drogué, à ses premières lignes de coke snifé par orgueil pour ne pas décevoir un nouvel ami en manteau de cuir ; et c’est dans ses affirmations au « JE » que réside la force de ce spectacle. Je le sais, vous vous dites, «  mais là Marie, ça n’a rien d’une sinécure tout ça », vrai, mais de par ses mots et ses expressions, on ne peut que rire et sourire de ses « erreurs de jeunesse ». Comme il le dit si bien dans le spectacle, ça lui a pris du temps à savoir que le « bonheur [il l’avait] dans la face et non dans le nez ». C’est crument dit mais ça résume tout. Mais n’allez pas croire qu’il nous parce que des ratées de sa consommation, sous différents segments, il nous parlera de sa prise en main, ses moments d’excessif qui lui ont fait découvrir le crossfit et les marathons, sans oublier bien sûr de ses moments de papa et comment il doit maintenant « dealer » avec sa belle adolescente.

Au début du spectacle, Maxim nous cite du Félix Leclerc : « le bonheur c’est comme le sucre à la crème ; quand tu en veux, tu t’en fais. » Je peux vous affirmer qu’en l’écoutant au travers tout ce spectacle que Maxim Martin n’a pas trouvé que la recette du sucre à la crème, mais bien d’une panoplie d’autres desserts. Au travers le bonheur, il a aussi trouvé la sagesse, il a utilisé son orgueil à bon escient et sa vie a retrouvé un équilibre plus sain, plus serein. C’est cliché à dire, mais avec ce spectacle, on le sent vraiment renaître.

photo: Marie Jetset

photo: Marie Jetset

Ce que j’ai aimé…

  • J’ai aimé qu’il nous pointe ses travers sans nous pointer les nôtres. Parfois ça fait du bien de ne pas toujours se faire pointer du doigt. On n’en sort pas moins grandi. Au contraire, sans ce ton accusateur, on peut nous même faire notre propre analyse et nos propres comparaisons. Pas besoin d’avoir un problème de consommations quelconques pour avoir le syndrome de « l’herbe est toujours plus verte chez le voisin ». ( Ce spectacle est une belle prémisse au gala Juste pour rire qu’il animera cet été, car leur thème est ni plus ni moins l’Envie.)
  • On adore son chapitre sur la sexualité masculine, c’est cru, c’est direct, mais ça dit ce que ça l’a à dire. Un numéro que tous les ados du monde devraient voir, parce que ça déculpabilise, et ça ramène les gens aux vraies choses: le sexe n’est pas un film porno. Maxim Martin aura peut-être connu des relations et aventures abracadabrantes, mais il a la manière la plus saine du monde de parler sexualité.
  • Son côté papa poule. On aime toute la vulnérabilité qu’il dégage lorsqu’il nous parle de sa fille. Son regard devient plus brillant que tous les spots qu’il a sur scène.
  • Parlant lumière, son décor est absolument FABULEUX. C’est audacieux d’avoir choisi d’illuminé le planché au laser avec le logo de la tournée Enfin, avec les lumières derrières, ça donne une ambiance feutrée, un peu lounge urbain, très propice aux confidences que Maxim nous a offertes pendant 90 minutes. Le décor est une réalisation de Jonathan Barro.
  • Finalement, on ne peut passer sous silence le fait qu’Alex Nevsky signe la bande sonore du spectacle(je vous ai mis un lien YouTube plus bas). Combiné au décor, ça donne quelque chose de très brancher.

Bref, allez renouer avec Maxim Martin vous aussi. Même si vous êtes déjà heureux dans la vie, il vous donnera le goût de l’être encore plus. Aussi mon conseil, profitez donc de ce spectacle pour y amener votre ado, même si Maxim Martin ne fait pas carrière comme motivateur personnel, les propos tenus dans le spectacle les feront réfléchir sans même que vous les forciez de quoi que ce soit, en prime vous risquez d’avoir de belles discussions avec eux ensuite ! Un 90 minutes qui vous fera passer par toute la gamme des émotions, mais surtout, vous fera sortir de là le cœur léger.

George Sand a déjà dit : «  les chefs d’œuvres ne sont jamais des tentatives heureuses », il aura fallu cette « traversée du désert de la vie » à Maxim Martin pour nous offrir son œuvre la plus complète et la plus accomplie. Chapeau ! ( Bravo à l’équipe d’auteurs ; Julien Tapp, Nadine Mathurin et Frank Grenier, sans oublier la scripte-édition et la mise en scène de Christian Viau).

Spectacle en supplémentaires les 18 et 19 juillet à la Cinquième Salle de la Place-des-Arts, ainsi que les 20 et 21 novembre au St-Denis 2, sans oublier son gala Juste pour rire le 17 juillet à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place-des-Arts.

Pour tous savoir sur ses autres dates : maximmartin.com

Un petit séparé à la naissance: Le logo de la tournée Miroir de Marie-Mai, et le logo Enfin de Maxim Martin. ( Oui j’ai une tasse de Marie-Mai…). Une influence de son ado? Nul ne serait le dire, reste que se sont de très jolis logos!

À gauche, la tasse de la tournée Miroir de Marie-Mai, à droite le logo Enfin de Maxim Martin.

À gauche, la tasse de la tournée Miroir de Marie-Mai, à droite le logo Enfin de Maxim Martin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s