La deuxième tournée d’adieu des Souverains du désir

Les Souverains du désir, Alex Smith, Philippe Lussier, Martin Racine. Photo par Marie Jetset

Les Souverains du désir, Alex Smith, Philippe Lussier, Martin Racine. Photo par Marie Jetset

Hier soir, dans mon marathon de spectacle Zoofest, j’ai eu la chance d’aller voir La deuxième tournée d’adieu d’un groupe que j’aime beaucoup, Les Souverains du désir.

L’an dernier, j’avais été charmé de plonger leur univers déluré, qui n’est pas sans rappeler (un peu) leurs aïeules Les Chick’n Swell, il ne va pas sans dire que cette année mes attentes étaient donc élevées.

Dès le départ, les Souverains nous avertis que tout comme l’an dernier, leur spectacle a été écrit à la va-vite au chalet, en nous rappelant que nous aurions affaire à une « ostie de belle impro de 60 minutes » comme le dirait Alex Smith, le plus coloré du groupe. Malheureusement, cette année ça paraissait que les garçons avaient eu moins de temps pour se préparer. Ça manquait de cohésion dans le groupe, de fluidité entre les numéros.

Après une présentation colorée et en chansons, nous sommes rentrés dans un numéro d’humour burlesque, où deux policiers s’en font plus pour un vélo volé, que pour le meurtre d’une femme. Je sais que décris ainsi ça peut paraître étrange, mais je vous assure que c’était drôle. De plus, à ma connaissance c’est un des seuls nouveaux numéros écrits spécialement pour ce spectacle à Zoofest.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Par la suite, on a retrouvé un des classiques du groupe, le bulletin de nouvelles LSD. Avec des caricatures de Maripier Morin, Claude Poirier et Gilles Vigneault entre autres, on y a entendu des blagues efficaces, mais un peu trop faciles, qui manquaient de finesse, par exemple, le personnage de Maripier parlant du salon des métiers d’arts : « c’est comme un marché aux puces où tout le monde est habillé propre ». Je connais le talent des gars et sérieusement je me serais attendu à un niveau une coche plus élevé. C’était drôle, mais pas hilarant.(Je ne peux pas mentir j’ai ri.)

Ensuite, nous avons eu droit à deux numéros que j’ai eu la chance de connaître dans le passé pour avoir vu les gars les présenter dans le cadre des soirées Humour GHB. Tout d’abord le numéro sur le don de sang chez Héma-Québec. Au travers des gars qui tentent de faire avouer à Philippe son homosexualité et les quelques blagues faciles sur l’univers gai, ce numéro se veut avant tout une critique sociale à la sauce humour absurde. Le numéro mériterait d’être peaufiné, en enlevant les blagues faciles, mais il a tout de même de bonnes bases. Il en va de même pour le numéro sur les pères modernes, où on rencontre 3 pères qui sont en thérapies pour retrouver leurs enfants enlevés par la DPJ. Encore là, les personnages sont un peu trop caricaturaux, d’ailleurs à un certain moment dans le sketch Alex Smith lui-même l’a souligné en enlevant sa perruque et en décrochant du texte. Encore là, ça manquait un peu de script-édition.

Photo par Marie Jetset

Photo par Marie Jetset

Le spectacle s’est terminé sur un numéro qui date de la genèse des Souverains du désir, soit le numéro de tournée d’école de l’humour d’Alex Smith. C’est d’ailleurs avec ce numéro que je suis tombée sous le charme des Souverains en 2009. C’était un plaisir de retrouver ce numéro, par contre j’ai trouvé qu’il détonnait dans l’ensemble de la présentation.

Somme toute, j’ai passé un bon moment avec mes Souverains chéris, par contre, contrairement à l’an dernier, j’ai vraiment eu l’impression d’assister à leur tournée d’adieu. Est-ce qu’ils s’étaient chicanés la veille ? Est-ce que le travail de groupe devient plus ardu avec le temps ? Reste qu’il manquait un peu magie entre eux, mon œil de critique y a vu plus de mécanique de scène que de plaisir. Je trouve ça dommage, car ces gars-là je les aime d’amour. J’espère sincèrement qu’ils ne font que vivre une mauvaise passe et que nous les retrouverons au sommet de leur talent et leur forme pour une troisième tournée d’adieu. Je continue de penser malgré tout que d’être capable de rentrer dans l’univers des Souverains reste un des plus beaux voyages mentaux que l’on puisse faire.

À vous de vous en faire votre propre opinion,

La deuxième tournée d’adieu des Souverains, du 12 au 16 juillet, 22h15 à la Ballustrade du Monument National

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s