En Abitibi, on rit aussi!

Mike Beaudoin, Louis T, Simon Leblanc et Olivier Martineau lors du spectacle au théâtre Télébec

Mike Beaudoin, Louis T, Simon Leblanc et Olivier Martineau lors du spectacle au théâtre Télébec

Après 6h de route, beaucoup de sapins, les beautés de la forêt boréale et un arrêt à Mont-Laurier, j’ai enfin mis les pieds à Val-d’Or afin d’y découvrir leur festival d’humour qui en est à leur 16e édition.

La petite citadine que je suis, était sur le choc de découvrir cette ville aux vastes paysages, n’étant pas encombrés de gratte-ciels, où se parquer en 45 est la norme (même sur le boulevard principal), mais où les gens rayonnent le bonheur ! Tout le monde dans la ville sourit, le service dans les restaurants est plus qu’impeccable, on est loin de l’ambiance grise de Montréal, parce que oui Montréal tu es gris, ou plutôt aigrit. Sortir du 514 me fait rendre compte combien nous sommes de nature stressée et égocentrique en ville. Vive l’esprit accueillant et avenant des gens de régions.

Cet esprit se fait ressentir aussi durant les spectacles d’humour. Jeudi soir, j’ai eu la chance d’aller voir un spectacle au théâtre Télébec. La soirée était animée par Mike Beaudoin et il y recevait des gens qui avaient marqué le festival de l’humour de l’Abitibi au courant des dernières années, soit Louis T, Simon Leblanc et Olivier Martineau.

Dès les premières blagues de l’animateur Mike Beaudoin, le public riait fort et gras. C’était bien de retrouver Mike Beaudoin, je dis retrouver, car à Montréal, ses apparitions se font plutôt rares. Hier, il nous a ressorti quelques-uns de ses classiques, comme son numéro sur les personnes âgées, où il expliquait comment sa grand-mère se mettait à rire pour rien quand elle ne savait plus quoi dire. S’en est suivi une série d’anecdotes entourant sa petite fille de 3 ans, le sexe de nos jours et un numéro savoureux sur les matelas à mousse mémoire. À voir mes voisins de bancs rires aux larmes, c’était facile de comprendre qu’ils se reconnaissaient dans ce dernier numéro.

Après avoir réchauffé la salle, Mike nous a présenté un Louis T élégant et punché. Louis en avait long à dire sur les grands imbéciles de la vie, en nous relatant quelques faits marquant de l’actualité, la marque de commerce de Louis T. Il nous a aussi élaboré son point de vue sur la déresponsabilisation des gens dans la société, un beau numéro qui peut nous faire rire jaune. Il a fini sa partie en passant un peu du coq à l’âne, en nous amenant dans un sujet complètement différent, les femmes-troncs. Avec ce sujet, Louis nous a montré son côté farfelu et nous a fait des blagues crues, nous prouvant que même s’il porte le complet, il peut être aussi cru que n’importe quels autres humoristes.

Au retour de l’entracte, ce fut au tour de Simon Leblanc de venir nous faire rire. Avec ses anecdotes de beaux-frères et ses histoires sur Montréal, il a tout simplement tout arraché. Le monde était suspendu à ses lèvres, plié en deux à force de trop rire. Même moi j’en cherchais mon souffle par moment. Simon a ce don de nous raconter des histoires fortes simples et les rendre palpitantes, des talents que peu de gens ont. Je vous l’ai dit récemment, mais je vous le répète, il est dans la lignée des Michel Barrette et Fred Pellerin. En plus, jovial, il a ce don de nous rendre heureux tout simplement. Dans ses meilleures blagues hier : «  La 40, ce n’est pas une autoroute, c’est un piège », ou en parlant du métro : « on appelle ça du transport collectif, moi j’appelle ça tu viol collectif ». Ses histoires lui ont valu la première ovation debout de la soirée.

Nous n’étions pas encore remis de Simon Leblanc, que son confrère Olivier Martineau a monté sur scène. Une blague attendait l’autre. Lui aussi sauta du coq à l’âne, mais avec l’habileté d’un ninja. On n’y voyait que du feu et on riait à en avoir des crampes dans les joues. Il a autant abordé son célibat, sa haine envers les chats et des parcomètres de Val-d’Or. Éparpillé, mais hilarant, il s’est lui aussi valu une ovation debout à la fin de son numéro.

Bien que la technique était parfois défaillante (le système de lumières surtout), j’ai passé une excellente soirée au théâtre Télébec et j’ai été ravi de connaître le public abitibien. Merci de nous accueillir avec le sourire, ça nous permet de croire à l’humanité, du moins jusqu’à notre prochaine visite chez vous.

Publicités

Une réflexion sur “En Abitibi, on rit aussi!

  1. Je suis content qu’une personne « de la grande ville » ai eu le guts de venir nous voir et de faire découvrir autres choses que de la longueur de la route, des histoires de pêche ou de chasse, de la « grosseur » de nos maringouins, ou des bars de danseuses. ENFIN un article positif qui démontre le vrai visage des gens de l’Abitibi…Merçi et …re-bienvenue chez nous quand vous le voudrez 🙂
    D’un valdorienfier de sa ville et sa région

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s