Spectacle des finissants de la cohorte 2013 de l’École nationale de l’humour

Finissants de la cohorte de 2013 (De gauche à droite: Alice Payer, Sam Breton, Claudy-Marc Moreau-Duvivier,François Tousignant, Marie-Lise Dominguez,Mathieu Lorain-Dignard, Victor Billo, Kevin Montreuil,Mehdi Boussaidan, David Beaucage-Gauvreau,Katherine Levac, Jessy Sheehy, Guillaume Tremblay, Jérémy Du Temple-Quirion) crédit de la photo: Antoine Ryan

Finissants de la cohorte de 2013 (De gauche à droite: Alice Payer, Sam Breton, Claudy-Marc Moreau-Duvivier,François Tousignant, Marie-Lise Dominguez,Mathieu Lorain-Dignard, Victor Billo, Kevin Montreuil,Mehdi Boussaidan, David Beaucage-Gauvreau,Katherine Levac, Jessy Sheehy, Guillaume Tremblay, Jérémy Du Temple-Quirion) crédit de la photo: Antoine Ryan

C’est avec grand plaisir mercredi que j’ai pu renouer avec les 25e finissants de l’École Nationale de l’humour. Le club Soda était plein à craquer. Le parterre grouillait de gérants, d’agences, de boîtes de productions, de parentés stressées pour leurs (petits) grands enfants. Une fébrilité comparable aux scènes de ses films américains où tu vois des recruteurs dans des stades sportifs venant « spotter » les meilleures recrues de l’année. Et puisque nous n’avons jamais deux chances de faire une bonne première impression, les étudiants connaissant bien cet adage nous en ont donné plein la vue.

De belles surprises

Pour avoir eu la chance de voir leurs 4 spectacles semestriels, c’était facile pour moi de noter l’évolution du style, de la plume, du jeu. Si certains passaient plutôt inaperçus au début de leur formation, ils ont su au travers leurs divers apprentissages, se mettre en valeur et devenir mémorable à leur tour. C’est le cas entre autres de Jessy Sheehy, ce jeune Bleuet barbu. Il m’a grandement impressionné avec son numéro de ukulélé, avec des chansons qui feraient pâlir d’envie des Olivier Martineau ou des 3 Accords. En fait, avec ses jeux de mots et sa dynamique de mercredi soir, sur la scène du Club Soda, nous pouvons dire qu’il est le digne descendant d’Olivier Martineau et François Pérusse. Il ne reste lui plus qu’à peaufiner son style, mais Jessy a certainement trouvé sa couleur.

Claudy-Marc Moreau-Duvivier est une de ses belles surprises que nous a réservées cette cohorte. Au Club Soda, il nous a livré un numéro qu’il avait fait lors de sa première sortie publique il y a un an. Dans ce numéro, il parlait du premier esclave noir du pays. Triste sujet, mais pas dans les mots de Claudy-Marc. Si la première fois que j’ai vu ce numéro il m’avait laissé ni chaud ni froid, hier il m’a tout simplement renversé. Remonté, réécrit, pimpé par des chansons, il nous a refait l’histoire en format conte québécois, avec rigodons rappés. J’ai ri, j’ai tapé du pied. Oui, il ressemble peut-être physiquement à un doux mélange de Jean-Marc Parent et Dieudonné, mais il est avant tout Claudy-Marc. Souvenez-vous de lui, vous n’allez pas le regretter.

Samuel Breton aussi est un des étudiants que j’ai pris plaisir à voir évoluer au courant des 2 dernières années. Au début parfois il paraissait incertain et n’habitait pas totalement son texte. Après 2 années de formation, combinée à l’animation des gala Youp de rire dans son coin de province, il a su prendre de l’assurance et trouvé un ton qui lui appartient. À mi-chemin entre le monologuiste et le conteur, un peu à la manière d’un jeune Michel Barrette, il a expliqué au Club Soda pourquoi il ne voulait ni femme ni enfants. De plus, il nous a prouvé son côté rassembleur en faisant chanter le Club Soda dès ses premiers pas sur scène. Clairement nous n’avons pas fini d’entendre parler de lui et c’est tant mieux.

L’envole du papillon

François Tousignant est pour moi le monarque de cette cohorte. Ici je vais allusion au papillon, et non à la monarchie. J’ai connu ce jeune homme dans le milieu des bars il y a environ 4 ans, à un moment où bien malgré lui, il créait plus souvent des malaises que des rires dans les salles. Persévérant, il n’y a rien qui a pu l’arrêter. Il a tourné un peu partout à Montréal et même à Toronto, en anglais comme en français afin de peaufiner son style. Son entrée à l’école lui a permis d’acquérir ce qui lui manquait pour être l’humoriste qu’il a toujours rêvé d’être. Il a bien su combiner ses acquis à son expérience et cela fait de lui un humoriste mémorable et attachant. D’ailleurs à la fin de son texte dans son livret des finissants, il invite le monde à prendre une bière avec lui. Ça tombe très bien car c’est le sentiment que nous avons à la fin de ses numéros, nous avons le goût de devenir son ami. Un nom à retenir, un artiste à découvrir.

J’aime les filles

Est-ce que je vous ai dit combien j’aimais les filles de cette cohorte ? Elles sont belles, drôles et attachantes, mais surtout elles ont du mordant. Alice Payer, Marie-Lise Dominguez et Katherine Levac ont chacune cette caractéristique : même si elles ont un vagin, elles ne jouent pas dans le créneau des blagues de filles ; elles font de l’humour point final. Alice nous a servi un monologue vibrant sur son irritation face au retard. J’ai adoré quand elle nous avouer se prendre pour Adèle quand elle se fâche, en intégrant des paroles de la chanteuse dans son monologue, du bonbon. On adore le côté trash de Marie-Lise Dominguez, la « latina » de la cohorte. Elle a d’ailleurs le surnom de la Fuego (feu), ce n’est pas pour rien ! Celle-ci nous a servi une nouvelle version de son tout premier numéro qu’elle a fait en public à l’école, celui de la jeune fille en chaise roulante. Non elle ne nous a pas vaguement servi un remake de Jean-Marc Parent, ici elle nous joue une paraplégique qui raconte de façon arrogante son quotidien de fille en chaise roulante. Un petit bijou, surtout lorsqu’elle nous parle de son « bal des finissants ». Enfin, Katherine Levac, une Franco-ontarienne pince-sans-rire qui a la chevelure d’Adèle, la voie de Mélodie dans Passe-Partout et la répartie percutante de Cathleen Rouleau. Je peux vous dire que tout ça mis ensemble ça fait un combo d’enfer. Mercredi, Katherine nous a confié son passé agricole dans un milieu franco-ontarien. Elle a aussi fait des blagues de poussins morts. Ça surprend, puis étrangement on en redemande.

Le talentueux Mehdi

Enfin dernier coup de cœur de la soirée, je ne peux vous passer sous silence l’immense talent de Mehdi Boussaidan. Montréalais aux origines magrébines, il maitrise les accents des différents pays comme pas un. Son talent est tel que l’an dernier, avant même d’avoir terminé sa formation à l’ENH, il a été invité à faire les auditions des galas Juste pour rire. Provenant du milieu de l’improvisation, il sait mettre en lumière rapidement les traits de notre société, peu importe le sujet qu’il aborde. Que ce soit en chef d’orchestre allemand, en professeur d’histoire de l’art ou comme hier en Congolais venant nous faire une présentation sur la vie. Vous risquez de le voir partout sous peu, en fait déjà cet été il sera sur différents spectacles du festival Zoofest. Comme quoi son talent est déjà reconnu par ses pairs. Chapeau jeune homme.

Une belle cohorte jeune, dynamique, qui saura se tailler une place dans le milieu de l’humour. On salue aussi la mise en scène de Dominic Anctil et Pierre Prince. C’était épuré et efficace, ce qui a permis de mettre de l’avant les numéros des étudiants.  Enfin, j’ai adoré les petits numéros de présentations entre chacun des invités, mon préféré est sans aucun doute celui combinant Guillaume Tremblay et David Beaucage-Gauvreau sous la forme d’un numéro de rap. Je verrais facilement ce numéro devenir une petite vidéoclip sur le web. Chapeau aussi aux autres étudiants que je n’ai pas nommés (Jérémy, Mathieu, Kevin et Victor), je suis sûre que j’aurai la chance de vous en parler une autre fois !

Un très bon spectacle que je tenterai sans doute de revoir une deuxième et dernière fois cet été à Zoofest. 

Pour connaître toute les autres dates de la tournée, allez consulter le www.enh.qc.ca

PS: Je recevrai 3 finissants à mon émission de radio au début juillet! 

Publicités

2 réflexions sur “Spectacle des finissants de la cohorte 2013 de l’École nationale de l’humour

  1. J’étais présent pour leur show de finissant 2013 et j’ai adoré 9.5/10 mais petite correction le spectacle n’a pas eu lieu au monument national dans la salle hydro quebec???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s