Spectacle de la Coalition des Humoristes Indignés

Lundi soir dernier, c’était dans un St-Denis survolté, festif et engagé que c’était donné rendez-vous plus de 2200 indignées contre cette loi 78 et la hausse des frais de scolarité. Daniel Thibault, metteur en scène émérite et auteur ( entre autres de Mirador) est le protagoniste du mouvement de la coalition des humoristes indignés, aussi nommé CHI. Afin d’aider JuriPop, la clinique juridique qui aide les manifestants arrêtés, tout en menant devant les tribunaux le gouvernement afin d’invalidité certains points de la loi 78, il c’est regroupé avec plusieurs humoristes et les profits de la soirée servaient à cette cause.

Le spectacle s’est ouvert sur une impressionnante vidéo d’animation, conçu par Daniel Thibault, avec l’aide de Jérémie Larouche et Pascal Barriault. La foule était tout simplement en délire face à ce Super Mario Br’Hausse, parfait pour donner le coup d’envoi à cette soirée.

L’animation de la soirée a été confiée à un François Bellefeuille confiant,  passionné, la scène était son terrain de jeux, comme un jeune enfant dans un carré de sable. Il était tout simplement magique sur scène, je ne serais pas surprise de le voir animer (en solo) un gala Juste pour rire dans les prochaines années.

Le premier invité à avoir cassé la glace fut François Massicotte. Les gens ont bien ri de ses propos, par contre, lors de l’arrivée de Geneviève Gagnon sur scène, nous avons senti un petit malaise dans la salle. En fait, Geneviève était déguisée en policière de Maniwaki, bien que ses blagues étaient bonnes, je crois que les gens n’ont pas saisi tout de suite que ce n’était pas une vraie policière, mais bien un sketch. Malgré tout, la salle a bien ri.

Ensuite, nous avons eu droit au moment de Louis T, jeune humoriste engagé, étant reconnu pour ses tweets humoristiques politisés. Il nous a fait un numéro qui ressemblait à ce qu’il avait fait à JPR l’an dernier, mais revampé selon l’actualité des dernières semaines. La foule a très bien réagi, en fait je l’ai senti plus dégourdie que l’été dernier à Juste pour rire. Pour avoir eu la chance de travailler quelque temps avec Louis, j’étais fière de ce succès, il le mérite.

Par la suite, c’est Emmanuel Bilodeau, un des chouchous des galas JPR de l’an dernier, qui nous est revenu sur scène en humoriste, dans une autre version de son discours de politicien. Malgré son toupet gras et sa fausse bédaine, il est venu chercher les gens droits au cœur et c’est mérité la première ovation debout de la soirée.

Par après, nous avons pu renouer avec l’humour de Daniel Lemire. Discours intelligent, jeux de mots pleins de finesse, il a lui aussi conquis la foule. Une de mes citations préférées de la soirée vient d’ailleurs de lui. «  Pour moi, les policiers ont un problème avec le système métrique. Il y a une différence entre mètre-iser quelqu’un et verger dessus ! ». J’ai mis cette citation sur twitter, nul besoin de vous dire combien elle fut retweetée.

Ensuite, c’est un Guy Nantel provocateur qui ait monté sur scène avec son carré vert sur le cœur. Il est venu nous expliquer comment il en était venu à prendre pour « les verts ». Au début, on le huait dans la salle, mais à la fin c’était tout simplement la folie, nous rions gras et fort. Guy a tout simplement fini par une ovation debout.

Par la suite, notre humoriste, ancien politicien à ses heures, le King de V, Jean-François Mercier, est venu nous brasser la cage avec des propos endiablés. J’ai franchement bien aimé, on sentait que la cause lui tenait à cœur car il est tout simplement très passionné sur scène.

Le dernier avant l’entracte fut un André Sauvé qui est venu nous parlé de son impatience face aux temps d’attentes dans la vie. Son histoire qui pour prime à bord avait l’air loin du sujet était tout simplement l’un des plus beaux messages d’espoir qu’un artiste ait lancés pour cette cause. Lui aussi a eu une ovation debout qui fut grandement méritée.

À l’entracte, les gens sont sortis avec leurs chaudrons manifester devant le St-Denis. En fait, plusieurs gens avaient amené leurs casseroles au spectacle, du coup, plusieurs applaudissements ont laissé place au cliquetis des chaudrons.

Au retour d’entracte, ce fut au tour de l’insurgé et cinglant Guillaume Wagner de monter sur scène pour rallier la foule. En riant bien des petits détails qui parsèment notre société, il a su imiter à sa manière comment ça se passe quand on manifeste dans les rues. Son imitation de policier douchebag était tout simplement du bonbon. Il a fini avec une très belle phrase porteuse d’espoir : « Vous êtes tellement beaux quand vous êtes Nous. »

Ensuite, Laurent Paquin nous a fait un numéro mi-musical, mi-stand up que la foule a bien apprécié.

Après, Maxime Martin s’est amené sur scène avec un de ses meilleurs numéros en carrière. Confiant, des lignes solides, il nous a livré toute son indignation face à la politique et société québécoise actuelle. C’était mordant, ça faisait mal, mais les gens étaient tout simplement suspendus à ses lèvres. Un numéro qui risque bien de gagner des prix.

Ensuite, le légendaire duo Sèxe Illégal est venu nous livrer une de leur meilleure performance. Ils ont mis en texte leurs meilleurs statuts facebook qui étaient en lien avec la grève étudiante et la loi 78, c’était tout simplement du bonbon. Ils ont fini avec une chanson qui leur a mérité une ovation debout. Une de leurs meilleures phrases « La majorité silencieuse, je pense que c’est le contraire des minorités visibles », du grand Tony Légal.

S’en ai suivi d’une prestation de Mike Ward, qui avait écrit quelques lignes pour l’occasion, mais qui a aussi ressorti un de ses numéros de son dernier spectacle S’expose. Un peu moins politisé, il nous a plutôt parlé de nous les québécois comment nous sommes. Un numéro qui fait bien réfléchir. Bref, allez donc voir S’expose si vous en avez la chance !

C’est à Martin Petit que l’honneur de clore le volet humoristique de la soirée a été donné. Lui aussi avec ses réflexions sur la société s’est mérité une ovation debout.

Pour finir nous avons eu un discourt du représentant de JuriPop ainsi que de Daniel Thibault et un intermède musical avec Yann Perreault et Paul Piché.

En somme, je n’ai jamais vu le St-Denis si survolté, ni les humoristes aussi engagés et indignés. C’était une soirée tout simplement mémorable, qui je l’espère passera dans les annales de l’histoire de l’humour au Québec. Il faut se le dire aussi, c’était un très beau prélude à la St-Jean des Humoristes et la saison des festivals. En espérant y retrouver autant de magie !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s